Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : zebia13
  • zebia13
  • : Bon ben voilà, après animotion j'ai décidé de faire un vrai blog... Enfin vrai, genre, un truc ou je peux mettre mes boulots, vidéo, photos, textes et poèmes, images et tout et tout! Bon sûr comme d'hab c'est raconté à la Seb alors faut pas m'en vouloir
  • Contact

Musique

Recherche

Vidéos

Accès direct aux vidéos :

MRCD :

Avec une scie

Avec des clous

Avec une hache

Avec un chalumeau

Avec du trichloréthylène

Avec le Tram

Avec une masse

MRCD Matrix

-----------------------

Le Ying et le Yang

Petite bougie



Prison


(Mention spéciale du jury au concours

international du film court)


Emilie
emilie.jpg

Juste un souffle


-----------------------------
Travaux Arts Pla

Explosion
xplodae-copie-1.jpg
Cassette
cassette.jpg
Hors Champ
horschamp.jpg
Pierre Lanier
pierrelanier.jpg

12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 22:16
... Voilà bien ma plus grande difficulté. Il ne s'agit pas du partage de biens physiques, ça c'est facile pour le coup. C'est plus de partager des idées, des valeurs, des principes, des sentiments aussi...

Partager n'est pas imposer. Voilà bien la plus grande difficulté. On peut faire prendre aux autres des positions idéologique en les manipulant, en leur laissant entendre ce qu'ils souhaitent entendre, mais c'est malhonnête. On ne doit pas imposer, simplement faire prendre conscience aux gens que certains pricnipes sont fondamentaux. qu'ils s'en rendent compte vraiment, pas pour faire plaisir ou pas parce qu'on essaye des moyens détournés de le leur faire admettre.

Partager des objectifs, encore plus dûr que des idées. Plus dûrs parce que malheureusement, je ne peux pas tout partager, les choses que je sais, impossible d'en faire part, pas comme ça, je dois trouver des moyens détournés pour expliquer. Deux mondes qui s'affrontent...
Le monde de l'éducation populaire, monde dans lequel la méthode compte plus que le résultat, où la construction compte plus que l'aboutissement. Ce monde où l'on se questionne et requestionne encore et encore. Où l'on prend du recul sur sa méthode sur ce qu'on fait, ce qu'on induit, où toujours on analyse les réactions des autres par l'intermédiaire de notre propre attitude. Rien n'arrive par hasard, jamais. La méthode de travail va définir par sa forme tout ce qui va sortir d'une réunion. La méthode, tout est là. Combien d'heures j'ai passé, nuits après nuits, à analyser des problèmes et à chercher des méthodes de résolutions. Combien d'heures passées pour trouver une méthode de travail qui permette d'établir un cadre rendant possible le travail collectif, la prise d'autonomie et de responsabilité. Tout ce que je n'ai pas réussi à faire à l'UNEF, que j'ai appris par la suite et qui constitue aujourd'hui ma priorité. Cette priorité est partagée par ceux que je côtoient dans l'éduc pop, mais seulement par ceux là. Et ces gens là n'ont pas de vision réellement politique.
Le deuxième monde, celui de la politique. L'opposé aujourd'hui. Là le résultat et l'aboutisement comptent plus que la construction et la méthode de travail. On explique l'efficacité, la crise, l'urgence. Des conneries tout ça... Et pourtant, je pensais pareil quand je présidais l'UNEF, je prenais les décisions, je faisais les choses moi même pretextant qu'il fallait être rapide... Des conneries, qu'est-ce qui en est sortis réellement? Mais je n'en avait pas conscience à l'époque, j'agissais. Et aujourd'hui je vois ces mêmes défauts que j'avais moi même. Je les vois jour après jour, les même travers, l'absence de réel travail d'équipe. Et là, la méthode n'a aucune importance, ce n'est pas une priorité, c'est un truc de buros ou d'éduc pop... Jetée aux orties, la chose la plus importante dans ma vie, savoir que rien n'arrive par hasard, que tout est possible à condition d'établir un cadre...
Mais comment faire?
Comment faire pour que le monde de l'éduc pop qui réflechit si bien et se questionne sans arrêt ait enfin une vision politique sur le monde?
Comment faire pour que le monde de la politique attache enfin de l'importance à la méthode permettant de rendre les gens autonomes?
Je ne sais pas. Je ne trouve pas, les seules personnes qui pourraient m'aider dans la méthode sont dans l'éduc pop et ne veulent rien savoir de la politique et du PS... Les personnes du PS qui sont en situation de pouvoir construire ne veulent pas se poser les questions.
Il m'a fallu trois ans pour me rendre compte de mes erreurs, et ceci parce que je les ai vu en direct dans un autre cadre. Aujourd'hui je suis incapable en si peu de temps de faire prendre conscience à ceux qui m'entourent de l'importance de travailler différement.
Incapable.

Et pourtant...

Et pourtant nous sommes quelques uns, une poignée avec pour ambition de changer le monde, cette résolution peut être un peu ambitieuse totalement ancrée en nous. Nous avons déjà sacrifiés tant et tant et aujourd'hui nous formons une chaîne dont chaque maillon est sur le point de céder en raison de la tension qu'il subit. Et comme toute les chaînes, si un maillon cède, tout s'effondre. Prétentieux? Oui peut être. Mais pas envie de prendre le risque de m'arrêter pour risquer le résultat. Voilà l'explication. J'ai fait le choix de tirer un trait sur ma vie, comme chacun d'entre nous, ce choix je l'assume même si c'est difficile, même s'il me fait m'éloigner de toutes les personnes qui ont compté. Et je ne peux pas arrêter, car la seule chose qui aujourd'hui peut faire basculer le monde dans la catastrophe c'est que toutes les personnes qui resistent abandonnent les unes après les autres. La question n'est donc pas de s'arrêter, d'envisager un autre chemin ou une autre voie. La seule question est de trouver les ressources jour après jour pour se lever le matin, tout donner la journée et recommencer le lendemain. En espérant que notre action aura des répercussions un jour.

Qu'est-ce que je répondrais aux enfants en colo qui viennent demander, "dis Seb, pourquoi le monde il est pas beau?". Il est pas beau parce que c'est comme ça, je ne fais rien pour que ça change il faut l'accepter... Jamais.
Le monde n'est pas beau, parce qu'on aura essayé mais qu'on aura pas réussi. On aura essayé. La seule chose qui compte. Alors voilà, jour après jour, on essaye, on s'épuise encore et encore et on donne tout pour espérer que cette question ne vienne pas.

Changer le monde... Oui c'est prétentieux, mais si personne n'essaye?


Partager ses sentiments et ressentiments... Encore plus dûr. Là je suis vraiment nul. Mais vraiment.

Partager cet article

Repost 0
Published by Zeb - dans Journal
commenter cet article

commentaires

Eloween 15/11/2008 13:48

Bon dans ce cas je le remet : 









Tu sais l'échec n'existe pas vraiment, ce n'est que le résultat d'une situation qui n'était pas voulue. Et ces résultat, voulus ou non, sont toujours bons à prendre. Il existe toujours un moyen d'arriver au but qu'on s'est donné, trop de précipitation, d'impatience peuvent te faire passer à côté de certaines choses : t'es-tu demandé pourquoi les gens qui sont dans l'éducation populaire ne voulais pas s'intéresser à la politique? Pourquoi les gens qui font la politique ne s'intéressaient pas à ceux qui sont dans l'éducation? ( peut-être qu'ils préféreraient garder un certain monopole sur les décisions politiques et peut-être que les jeunes garde des désillusions quand on leur parle de politique, qu'ils se disent qu'en fait rien ne changera jamais ) Si tu ne commence pas par penser sous le point de vue de ces personnes, tu n'avanceras pas. Parce que quand tu connais les réponses à ses questions, tu peux les amener à penser comme toi tu pense. PS : dans l'exemple du courrant de la rivière qui t'emporte, avant de décider des changer de trajectoire pour regagner le rivage, tu dois nécessairement bouger la tête pour regarder autour de toi : j'entends par là que tu dois changer de point de vue sur la situation pour voir toutes les solutions qui s'offrent à toi.  
Et merci laurent pour le compliment dans ton commentaire pour le mien, ça veut dire que je ne me suis pas époumonner pour rien

Zeb 17/11/2008 13:58


La grande difficulté ne réside pas dans le fait que les personnes de l'éduc pop n'est pas d'engagement politique ou que les militants politiques n'aient pas de reflexion sur les méthodes de l'éduc
pop. Ca c'est la réalité aujourd'hui, avec du travail, des explications, des prises de consciences répétées, les choses peuvent changer. La grande difficulté réside dans le fait que je n'ai pas
trois ans devant moi pour prendre le temps d'expliquer, d'argumenter pas à pas. Il faut que les choses aillent plus vite... Le temps presse malheureusement, c'est bien le plus compliqué, car
rapidité et formation active ne vont pas très bien ensemble...


Laurent 15/11/2008 09:21

Je me souviens avoir commenté en deuxième derrière Eloween. Over Blog a-t-il des failles ?

Zeb 17/11/2008 13:58


Non pas de faille d'over blog, c'est mon mot de passe qui a des failles... :)


Eloween 15/11/2008 07:02

J'aimerai savoir ou est passé mon commentaire ... c'est toi qui l'a supprimé parce qu'il contenait trop de fautes d'orthographe ? ou bien c'est over-blog qui a merdé ? c'est pourtant pas leur genre de supprimer des commentaire déjà postés .... Je dis ça parce qu'étrangement le second commentaire n'a plus de sens que pour ton article ...Serait-ce de la censure ou une erreur de frappe?

Zeb 15/11/2008 07:23


Probablement une erreur de frappe, je ne fais pas de modération dans mes commentaires. Là il n'est pas dans les commentaires supprimé, un problème quand tu l'as posté peut être?


moi 15/11/2008 00:40

... t'as déjà beaucoup appris...... même s'il reste un petit bout de chemin à faire...Bonne nuit!

lechopied 14/11/2008 16:27

tu sais seb,beaucoup de choses ont dejà changer,m^me si tu n'en pas conscience,aujourd'hui..oui,necessairement c'est pretentieux de changer le monde...le plus dur etant de faire changer les mentalités..Tu apprendras malgré toi, que tu ne peux faire le bonheur ou ameliorer le sort des gens malgré eux..ta vision des choses, tes idées "politiques" au sens noble du terme,ne peuvent ête aceptées, de tout le monde, de gens qui t'entourent,car leur vecu, leur histoire, leur environnement,leur contraintes existentielles:boulot,finances,credit,famille,enfants,culture sont parfois contradictoires avec leurs idées,ou leurs rêves m^me de changer les choses...quand je lis ce que tu ecris,je me evois,oui moi, dans mes 20 ans en 1970,où comme toi,je voulais changer le monde..j'ai lutté,me suis engagé..souvent j'ai dû avaler des couleuvres..que ce soit politique ou syndical ou sociétal..tu en feras l'experience,toi aussi et necessairement..tu grandiras,tu te blinderas..m^me si tu dis que tu fais l'impasse sur ta vie personnelle..un jour ou l'autre la solitude te peseras..tu seras forcement deçu des resultats, des gens , ceux qui ont compté..,ceux qui compteront demain et aujourd'hui..rarement les vies sont paralleles, les objectifs en forme linéaire...je parles comme un vieux schnok, tu dois penser..mais non, je voudrais que tu n'ais pas trop à souffrir de desillusions qui seront là..necessairement..ne t'oublies pas completement..sinon,tu sombreras..tu iras à la epression ,parce que tu auras epuisé toutes tes forces,sans te revivifier toi m^me...je te laisse, et t'embrasse,je penses souvent à toi..evades toi dans l'Art aussi, c'est une source vivifiante quand les jours sont trop durs..mais cela tu dois le savoir en tant qu'artiste..bises,ours

Articles Récents